sortie Lot, du 5 Mai 2017 à 22H0 au 8 Mai 2017 à 22H0

Onchange encore une fois nos plans, et on part passer trois jours dans le Lot, plus accessible pour l'équipe qu'on va être.

Et plein de cavités sympas, même avec un peu d'eau, ca vaut certainement le coup d'emmener un canot pour jouer.


Compte-rendu   

La loi de Murphy, aussi connue sous le nom de "loi de l'emmerdement maximum", s'abat sur l'humanité depuis la nuit des temps. On lui doit à coup sûr l'invention du travail au néolithique, la catastrophe du Hindenburg, le naufrage du Titanic.

Ce 5 Mai, sur la A10, au km 44, le sort frappe... sur le circuit d'injection de la Kangoo d'Adrien. L'innocent véhicule, aussi surpris que nous, fait prout-prout, puis plus rien. Pas de bol, il est plein de tous les kits de matériel pour notre week-end à la capitale spéléo du Lot, Reyrevignes. L'histoire se transforme en week-end mécanique pour Adrien, pendant qu'on fait un aller-retour pour récupérer la Ercedès de Josselin restée à Clamart. 2H plus tard, on repasse au km 44...

L'arrivée au camping est forcément matinale, on ne met pas de réveil à sonner. Le programme est léger : igue de Toulze. On sait qu'il y aura de l'eau pour tremper le canot, il en est tombé plein dans la semaine et il en reste encore.

Comme la fois précédente, on tourne pour trouver la route d'accès, forcément puisqu'on on ne part pas du bon village... Le sommet du nombre de demi-tours est atteint, on devrait établir un tableau de scores. Il fait plutôt beau, jusqu'au moment où... on ouvre le coffre pour s'équiper.

Un groupe est déjà là, on va se croiser. Taboulé, de temps en temps ca passe mais il faut pas en abuser.

Donc oui, il y a assez d'eau pour notre séance de navigation. Le canot perd un peu, mais certainement parce qu'on le maltraite entre deux coulées de calcite. Et de toute façon, Josselin a décidé de se baigner.

On ressort au jour, il ne pleut même plus. L'équipe de surface est allée au PMU, mais surtout a préparé les spaghettis bolognaise qui embaument le chalet dès qu'on ouvre la porte. C'est trop de bonheur, on en pleurerait presque.

On a convenu de mettre le réveil pour 9H, ca tire un peu : l'alcool de betterave Moldave doit y être pour quelque-chose. C'est donc de bon matin qu'on dirige nos pas vers l'igue de Planagreze. Pas un seul demi-tour cette fois, juste un léger détour. On est tout seuls, c'est Luc Z qui équipe (généreusement). Salade de pâtes au début de la rivière suspendue, puis nouvelle séance de navigation, sans rappel de cordelette cette fois. L'eau est claire, c'est bôôô.

Luc et Josselin se partagent le déséquipement, on est tous sortis à 17H. C'est trop tôt, comme on n'est pas trop loin on finit la journée par une visite au Cuzoul de Sénaillac, avec quelques photos.

Didier et Partick ont préparé les escalopes aux champignons... Cyril nous rejoint en famille, on se retrouve le lendemain pour faire des photos à l'igue du Fennet, au village d'à côté.

Un petit puits, une grande vire, des concrétions partout. Et au fond, le petit musée d'argile. On y laisse une modeste contribution, et on ressort pour la traditionnelle omelette du Dimanche, sauf que c'est Lundi.

Tout est plié avant 17H, la route est libre et on est tous à la maison vers 22H.

Première spéléo sur corde pour Thomas, première sortie en canot pour Audrey, Luc Z et Josselin, première betterave pour tous. Mais hélas, pas le premier remorquage pour Adrien, qui nous a bien manqué !


Photos   



Ouvrir dans VLC
L'accès aux documents, aux topos et à la liste des participants est réservé aux membres du club...