sortie Lot, du 30 Mars 2018 à 20H0 au 2 Avril 2018 à 22H0

Virée de printemps dans le Lot, pour voir si les chauves-souris ont bien dormi.

C'est la fin de la période réglementée pour l'accès aux sites d'hibernation.


Compte-rendu   

Les affiches de l'armée de terre disent en grand "entrer dans les rangs pour sortie du lot". Nous, on fait exactement l'inverse : on sort des rangs pour aller dans le Lot. Le SGHS, un pas en avant !

Nous profitons de l'hospitalité de nos amis de Terre et Eau pour dormir à la maison des Français à Goudou. On fait donc confiance à Denis qui a vu avec Gaby pour mettre la clé à l'entrée. Comme dit Le Dabe : " Depuis Adam se laissant enlever une côte et Napoléon attendant Grouchy, toutes les grandes affaires qui ont foiré étaient basées sur la confiance". Donc en arrivant à 2H du matin, pas de clé. Audrey est partie sans duvet, on cherche un Formule 1. Youpi, il y en a un à Cahors, 30km. On a l'adresse, on y va. Tiens, ça aurait dû être là, mais on n'a rien vu... Demi-tour : à la place, il y a le CCAS, résidence des Pins. Google n'est pas à jour. Pour ne pas ajouter un échec de plus à notre tableau du jour, on décide d'aller essayer de dormir dans la voiture devant la maison. Au petit matin, on va voir Gaby qui nous donne la clé... petit problème de communication.

L'avantage, c'est qu'on est réveillés de bonne heure ! Au programme, igue Noire et igue de Diane. Chemin faisant, on croise les collègues du 93 venus s'entraîner à l'équipement dans toutes les cavités de la Braunhie. On s'arrange avec eux pour éviter de se croiser trop. Ca sera l'igue Noire pour commencer. Tant mieux, parce que l'igue Noire, c'est vite vu. Il y a bien une escalade à faire, mais derrière ca a pas l'air très engageant. On ressort pour manger au soleil (entre deux grains).

L'igue de Diane est tout près, les nuages aussi. Mais en bas, que c'est beau. On fait la petite salle derrière (pour les plus minces), celle d'au dessus, séance photos. Au bas du puits, Laure entend des voix. C'est vrai, on dirait que ca cause là haut.

C'est l'occasion d'une petite digression : vous savez qu'on n'a pas brulé Jeanne d'Arc ? Elle a très vraissemblablement été échangée avec une grouillotte qui passait par là. C'est une fake news qui mériterait un correctif dans les manuels d'histoire de 5ème : la pauvre a été conduite au bucher avec un sac sur la tête, la foule a été repoussée hors de la ville, seuls quelques notables étaient présents, et encore pas sur la place mais aux fenêtres des maisons alentour. Tous ça était très inhabituel. Et pour monter un cheval de combat et manier l'épée, elle devait plus être gaulée comme une nageuse de l'Est que comme une gardienne de moutons...

Bref, on arrive en haut du puits, personne... On retourne à la voiture sous la pluie. C'est de saison, on est encore en Mars, tout va bien.

Chili à la viande, ronflements au milieu des punaises.

Dimanche, Avril, c'est l'été. On file vers la Dordogne, à côté des grottes de Lacave, pour aller voir l'igue de Saint Sol. Un beau puits, et une grande galerie qui part des deux côtés. C'est grand, c'est beau. On mange devant une magnifique colonne éclairée à la Scurion, avant d'aller au bout de la galerie visiter le musée d'argile local. Nouvelle séance photo, cette galerie est vraiment très belle. Les deux autres groupes sont remontés, on suit le même chemin. Retour sous le soleil cette fois.

Saucisses lentilles.

Lundi, c'est finalement encore Dimanche. On va donc voir l'igue du Facteur, qui n'est pas là (normal, c'est férié). C'est de toute beauté. Au retour, on croise Jeff, qui doit descendre un jour sur deux, peut-être plus...

Tant qu'on est au Sud, on prolonge jusqu'à la grotte du Blaireau. C'est rapide, moins concrétionné mais sympa quand même. Petite photo de groupe, et on ressort pour la traditionelle omelette du Dimanche Lundi.

Un coup de balais, on purge l'eau, et on saute dans la voiture pour retrouver les énervés sur la A10.

 


Photos   



Lien direct
L'accès aux documents, aux topos et à la liste des participants est réservé aux membres du club...